Notre éthique

« De l’équilibre du sol, dépend l’équilibre de la plante, de l’animal et de l’homme »

André VOISIN (1903-1964)

Nous nous sommes dirigés vers une éthique qui nous tient à cœur et nous essayons au maximum d’utiliser ses potentialités dans chaque production.

La permaculture

« Nous sommes ce que nous mangeons. » c’est une citation de Charles HERVE-GRUYER c’est-à-dire que nous nourrissons notre corps mais aussi notre âme. En mangeant nous satisfaisons un besoin primaire essentiel qui nous relie également à nous même et à la terre

Livre : « Permaculture Guérir la terre, nourrir les hommes » de Perrine et Charles HERVE-GRUYER

Il s’agit d’une éthique inventé dans les années 70 en Australie par Bill MOLLISON et David HOLMGREN. Ce mot a été créé par la contraction entre « permanent » et « agriculture ». Ils ont voulu que l’agriculture biologique et le mode de vie soient considérés ensemble comme une forme de spiritualité. Ce concept prend donc en considération la biodiversité de chaque écosystème (la Terre, l’être humain et le Règne animal) et essaye de les faire cohabiter ensemble en limitant au maximum les déchets, les surplus de production inutile…

Sur la micro-ferme, nous privilégions une production agricole durable et économique en énergie tant fossiles en valorisant les potentialités du territoire tant écologiquement, économiquement et humainement. . Nous utilisons les outils de jardin telle que la grelinette afin de préserver au maximum la vie du sol et de créer des lieux équilibrés. Ce système de production valorise la diversité biologique et les processus naturels en rechargeant une terre en azote, carbone, eau et insecte.

Nous n’utilisons pas d’ « intrants » tels que :

  • Les engrais qui sont des éléments permettant d’améliorer les propriétés physique et chimique du sol
  • Les produits phytosanitaires qui rassemblent les produits chimique utilisés pour soigner et prévenir des maladies et des organismes végétaux tel que les pesticides, les insecticides, les fongicides.
  • Les activateurs ou les retardateurs de croissance

A la place, nous utilisons des éléments que nous fabriquons ou qui sont déjà présents dans la nature :

  • Les purins de plantes (ortie, consoude…) servent de fertilisant, à repousser certains insectes.
  • Le compost et les divers fumiers (poules, lapins…) nous permettre de nourrir la terre à des moments propices
  • Les pulvérisations de macération de plantes permettent d’avoir une meilleure production mais aussi une meilleure conservation des légumes proposés.
  • Le paillage permet de garder l’humidité et le plant au frais.

Nous essayons de la mettre en oeuvre en utilisant différents moyens :

La biodynamique

« L’agriculture bio-dynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés « thérapeutiques ».

R.STEINER

Elle prend en compte les rythmes lunaires (lune montante ou descendante et lune croissante ou décroissante), les signes du zodiaque (chaque signe est rattaché à un élément (eau/terre/chaleur/air-lumière) et à une plante (fruit/racine/feuille/fleur). Nous semons, désherbons, ramassons pour la conservation… en fonction de la Lune et du tableau lunaire mensuel. Notre production peut être augmentée, les conservations peuvent être rallongées, les semis peuvent fructuées sans pour autant intensifier notre productivité et épuiser les ressources de la Terre. Nous prenons donc en compte l’énergie de la Lune (Lunaire), de la Terre (Terrestre) et celle de la plante (Végétale).

L’agroécologie : La culture associée

C’est une pratique agricole qui consiste à implanter dans une parcelle au moins deux espèces pendant une période significative de leur croissance. Elle vise à utiliser plus efficacement les ressources disponibles en valorisant la complémentarité entre les espèces pour augmenter la production et la qualité des produits mais aussi lutter contre les maladies, ravageurs et adventices.

Sur la micro-ferme, elle a plusieurs objectifs :

  • Une rangée de fleurs autour du jardin (orientation Nord) permet de préserver du froid, de garder la terre au frais.
  • La présence massive de fleurs (de diverses couleurs, hauteurs…) permet aux pollinisateurs d’être présents dans notre jardin et donc de permettre le développement des légumes fruits.
  • La présence de plusieurs cultures a plusieurs avantages. Par exemple, le haricot a besoin du Maïs comme tuteur. Le maïs absorbe l’azote fabriqué par le haricot et le potiron garde la fraîcheur et l’humidité de la terre.

L’agro-foresterie

« L’arbre est le plus bienveillant de tous les êtres humains. »

Bouddha

L’agro-foresterie est une méthode ancestrale qui consiste à recycler tout ce qui se trouve au jardin et à ne jamais laisser une terre nue. Ceci contribue à établir un bon équilibre entre les végétaux et la terre. Elle est indispensable au jardin biologique, facile à mettre en œuvre et permet de recycler les déchets des élagages des arbres.

Une terre recouverte n’a plus besoin d’être travaillée.

L’agro- foresterie est mise en oeuvre sur la micro ferme. Après la taille des végétaux verts, les branchages sont réduits en petits morceaux, puis étaler sur la terre à la manière d’une couverture de sol. C’est une nourriture naturelle pour la terre car au bout de 2-3 ans, cette couverture sera décomposée grâce à une multitude d’organismes et de champignons en humus. Les arrosages sons réduits car la couverture permet de conserver en permanence une bonne fraîcheur de la terre.Elle limite les corvées de désherbage et évite au maximum le développement des mauvaises herbes. La terre s’enrichit constamment et les pertes d’éléments nutritifs et d’oligoéléments essentiels sont très limitées.